Quels traitements pour les mycoses vulvaires ?

Les mycoses vulvaires sont des affections intimes dont souffrent un grand nombre de femmes. Elles se manifestent souvent par une sensation de brûlure en urinant, un écoulement vaginal blanchâtre ou une démangeaison pendant les rapports sexuels. Une question se pose : Quel traitement mycose vulvaire suivre ?

L’automédication pour le traitement mycose vulvaire

Pour le traitement mycose vulvaire, on a la possibilité d’opter pour l’automédication. Et c’est la solution privilégiée par de nombreuses femmes. On rappelle que la plupart du temps, ce trouble disparait très rapidement sous quelques jours, et cela, même si on ne suit aucun traitement spécifique. Il est aussi à noter que ce problème survient chaque mois pour certaines. C’est pour cela que des femmes préfèrent des médicaments sans prescription auprès des pharmacies. En général, on se procure d’un médicament contre les mycoses pour se soigner. Les probiotiques sont excellents pour le traitement mycose vulvaire. Ce produit est en vente libre, c’est-à-dire qu’il s’achète sans ordonnance.

On peut miser sur les probiotiques par voie orale. Mais l’idéal est de recourir aux probiotiques par voie vaginale. Cette dernière est beaucoup plus efficace dans le cadre d’un traitement mycose vulvaire. Bien évidemment, il faut toujours respecter la dose indiquée sur l’emballage de ce complément. Pour accélérer la guérison, l’utilisation d’un savon intime alcalin est fortement recommandé. Grâce à celui-ci, les résultats se feront voir en moins d’une semaine. Et si ce n’est pas le cas, il faut arrêter l’usage de ce savon.

La consultation d’un médecin

Si l’état ne s’améliore pas par l’automédication, il faut envisager la seconde option : se rendre auprès d’un professionnel de la santé. Celui-ci examinera la patiente, et dès qu’il constate qu’il s’agit bien d’une mycose vulvaire, il lui prescrira le traitement mycose vulvaire adéquat. Souvent, des médicaments sous formes locales ou par voie générale sont indiqués par le médecin.

Quelques fois, après un diagnostic, l’expert aboutit à la conclusion que le trouble dont souffre certaines femmes n’est pas une mycose vulvaire, mais plutôt une vaginose. Les symptômes de cette maladie sont très similaires à ceux d’une mycose. Et pour le soigner, il est nécessaire de suivre un traitement à base d’antibiotiques prescrit par un médecin.

Des conseils supplémentaires pour prévenir traiter les mycoses vulvaires

Certes, les mycoses vulvaires peuvent disparaitre très facilement. Mais elles peuvent tout aussi bien revenir fréquemment. Pour éviter cette récidive, il est utile d’adopter certains gestes simples. Le premier est de se garder de consommer trop d’aliments sucrés. Effectivement, cette substance nourrit les champignons responsables des mycoses.

A part cela, il ne faut jamais oublier de faire sa toilette intime, surtout quand on vient de se baigner dans une piscine publique. Les savons parfumés et les douches vaginales sont à proscrire. Il en est de même pour l’usage de lubrifiants pendant les rapports sexuels avec son partenaire. Bannissez le port de pantalons trop serrés et les fibres synthétiques. Enfin, il est sage de se garder d’avoir des relations sexuelles au moment où l’on souffre de mycoses vulvaires.

Laisser un commentaire